Enseignements

Le tronc commun aux deux parcours est important et permet de donner une culture commune aux étudiants sur les questions territoriales (acteurs, gestion, médiation, innovations) et sur les méthodes de recherche (écritures, cartographie, traitement des données) : il est nettement majoritaire au S1, puis diminue aux S2 et S3 pour donner la priorité aux enseignements spécifiques de parcours dans les apprentissages étudiants.

Cette formation accorde une place importante aux méthodes d’appréhension théorique, de terrain (en région, en France et en Europe), et de gestion des territoires et de l’environnement au service des différentes formes de professionnalisation en géographie : collectivités, agences territoriales ou associations / ONG environnementales, entreprises de cartographie et de géomatique, secteur touristique et culturel, en France ou à l’international.

Le master TIME répond à des besoins professionnels formulés par un grand nombre de collectivités territoriales, de bureaux d’études, d’ONG environnementales et de structures culturelles ainsi que par le monde académique, pour l’orientation recherche adossée à l’UMR Passages CNRS.

Le stage est fortement recommandé pour tous les étudiant-e-s choisissant de ne pas s’orienter vers un doctorat. Un premier stage d’expérimentation peut avoir lieu en Master 1 et durer de 2 à 3 mois (entre mai et août). Un second stage d’approfondissement peut avoir lieu en Master 2 et durer de 4 à 6 mois (entre février et août) et nourrir le mémoire de fin d’études.

Au fil des semestres

Au fil des enseignements : quelques contenus...

Enseignements du tronc commun

Gestion, médiation et innovations territoriales : Travailler les interactions entre constructions scientifique multiples, constructions experts et habitantes. Mobiliser des objets médiateurs entre sociétés et environnement. La médiation facteur d’innovation.
Paradoxe de l’injonction politique à l’innovation.

Jeux d’acteurs, discours et scènes territoriales : Analyser, comprendre et interpréter la multiplicité des discours d’acteurs au sein de différentes scènes territoriales. Méthodes d’analyse des discours d’acteurs, méthodes de création de représentations de géo-théâtre, grilles de lectures socio-géographiques sur les jeux d’acteurs, interprétation des places et positionnements territoriaux des acteurs.

Écritures géographiques 1 : L’objectif du cours est d’amener les étudiant·es à réfléchir à la façon dont ils vont eux-mêmes, au cours de leur formation de Master, contribuer à écrire de la géographie à travers les travaux qu’ils vont réaliser. Ceci afin de les accompagner dans leur choix d’une forme d’écriture et la progressive élaboration de leur propre style. Pour cela, le cours s’organise autour de la présentation critique de divers types d’écritures géographiques, à travers le temps comme à travers l’espace, et leur discussion. Il s’agit en effet de montrer qu’il n’y a pas une mais plusieurs écritures possibles pour analyser un même processus ou phénomène et que chacune d’elle éclaire différemment l’objet étudié.

Le cours déploie une pédagogie mixte, classique (de type cours magistral) pour la présentation des écritures elles-mêmes et innovante pour la partie discussion, où les étudiant·es sont invité·es à produire des morceaux d’écriture « à la manière de » et à animer la réflexion critique collective.

Écritures géographiques 2 : cartographies critiques : Cartographie critique et radicale. Enjeux et controverses liés à la représentation cartographique. Comprendre les enjeux liés à la représentation cartographique. Capacité à identifier le poids de la représentation cartographique dans une controverse. Capacité à construire des cartes alternatives aux représentations canoniques.

Informations géographiques, SIG et enquêtes 1 : Collecter, produire, explorer la donnée : théorie et méthode. Articuler enquête et données SIG. Être capable de de situer et collecter les données, porter un regard critique sur la donnée. Être capable de traduire une commande en protocole d’analyse. Construire, exploiter et restituer un corpus d’information : préparer et conduire un entretien, une enquête, concevoir et réaliser des documents de restitution (graphiques, cartographiques, tableaux d’indicateurs…).

Informations géographiques, SIG et enquêtes 2 : *prolongement du 1*

Expertise scientifique, expertise professionnelle : Cadres de la recherche et cadres de l’action. Formation à la pratique par la recherche, recherche action, recherche et développement. Comment aider à la décision en situation d’incertitude. Éthiques de conviction et de responsabilité.

Séminaire d’ouverture (UMR Passages, école doctorale et société civile) : Le troisième semestre du parcours TIME comprend un séminaire d’ouverture à la recherche ou à la société civile, au choix de chaque étudiant·e en fonction de son projet professionnel. Ainsi, chaque étudiant·e construit ce cours à sa façon, en puisant dans plusieurs offres et en les combinant en privilégiant soit la découverte de différentes directions, soit l’approfondissement d’une seule. En ce qui concerne la recherche, il s’agit de suivre des séminaires de recherche de l’UMR Passages, centre de recherche CNRS/universités bordelaises/Ecole nationale d’architecture et de paysage de Bordeaux auquel le Master InTEx est adossé, et/ou des séminaires d’initiation à la recherche offerts par l’Ecole doctorale Montaigne-Humanités, école doctorale dans laquelle s’inscriront par la suite les étudiant·es du parcours qui souhaitent orienter leur carrière professionnelle vers le monde de la recherche et/ou de l’enseignement supérieur. En ce qui concerne la société civile, il s’agira pour les étudiant·es d’assister en observateurs à des opérations de médiation autour d’enjeux environnementaux.

Les compétences acquises sont une meilleure compréhension de modes de fonctionnement de ces univers professionnels.

Enseignements du parcours TIME

Géographie et visual studies : Parallèlement à la formation à la production d’images (film vidéo, série photographique, cartes, dessins, croquis, etc.) comme texte géographique, l’objectif de ce cours est de donner aux étudiant·es du parcours TIME un cadrage théorique robuste pour appréhender les images en tant que productions sociales, politiques et culturelles d’une part, en tant que produits de consommation d’autre part. Comment la visualité est-elle construite socialement, comment la société est-elle construite visuellement ?

Le cours prépare ainsi les étudiant·es à s’interroger sur la façon de mobiliser les images dans leur projet personnel : en quoi peuvent-elles constituer des objets et/ou des données de recherche ? comment travailler sur et/ou avec des images ? quelles questions d’écriture se poser lorsque l’on choisit de mettre au centre de son mémoire une production filmique, photographique ou cartographique ?

Le cours déploie une pédagogie mixte : cours magistral pour la présentation des bases théoriques sur lesquelles repose le champ désormais bien balisé des Visual studies / Études visuelles, participation active des étudiant·es pour la partie discussion des textes de référence, prise en charge par des binômes chargés de l’organiser afin de permettre un vrai débat.

Le cours permet l’acquisition de deux types de compétences : maîtriser les bases théoriques des Visual studies, savoir organiser et animer un débat de fond autour de productions scientifiques (textes ou images diverses).

Visual studies et médiation : Au semestre 2, le cours Visual studies et médiation s’appuie sur les acquis théoriques et méthodologiques du semestre 1, ainsi que les expérimentations de production d’images de types variés au S1 et S2 pour approfondir la question plus spécifique des images comme médiation.

Vidéo 1, 2 et 3 : Le parcours TIME du Master InTEx comprend une formation à la réalisation de films de recherche, sur support vidéo numérique. L’enseignement s’organise en trois temps répartis sur les trois semestres de cours du Master.

Vidéo 1 se concentre sur la phase d’acquisition des images, repérage et tournage, et ses enjeux. Que filmer, c’est à dire que montrer ? Comment construire en amont les images (et les sons) que l’on va prendre, c’est à dire comment « repérer » ? Les exercices imposés sont aussi pensés pour permettre aux étudiant·es (en trio) de se familiariser avec le matériel (caméra, micros, pied) et de comprendre par l’expérimentation les règles de base de l’écriture filmique (enjeux de cadrage et des types de plans, notamment). Des analyses de films accompagnent les cours centrés sur les questions techniques.

Vidéo 2 est centré sur la phase suivante : la construction d’un propos, au tournage et au montage. Dans quel ordre monter ses images (et sons) où comment formaliser ce que l’on veut dire ? Toujours en trio, les étudiant·es réalisent un film court, 5-6 minutes, en lien avec la recherche conduite dans le cadre de l’Atelier de terrain du semestre. Par l’expérimentation à nouveau, les étudiant·es se familiarisent avec la logique du montage et les principaux logiciels dédiés, et approfondissent leurs connaissances en matière d’écriture filmique. Ces dernières sont complétées par des analyses de films.

Vidéo 3 est pour sa part centré sur la professionnalisation, et s’organise à cet effet autour d’interventions et d’échanges avec des professionnels de réalisation de films documentaire, à visée de recherche ou de valorisation ou de médiation. Les étudiant·es qui le souhaitent peuvent poursuivre leurs expérimentations vidéographiques en optant pour une production engageant la vidéo (film ou capsules ou web-doc) pour le rendant de l’Atelier de terrain du semestre.

Ateliers de terrain TIME 1 / TIME 2 / TIME 3 : Les ateliers professionnalisants s’organisent autour d’un projet collectif tutoré qui va répondre à une commande émanant d’un partenaire privé, d’une collectivité territoriale ou d’un programme de recherche porté par le laboratoire Passages. (voir « Travaux des étudiants »).

La mise en œuvre du projet vise à faire acquérir une série compétences telles que :

  • Restituer la complexité du discours par différents médiums.
  • Déconstruire les différentes formes de mise en visibilité du discours, des récits des acteurs, des supports de médiation qu’ils produisent ou sollicitent.
  • Produire et restituer une interprétation du corpus élaboré autour d’un projet : élaboration de différents visuels (cartographiques, infographiques, photographiques, vidéo) pour le projet et de propositions alternatives à une commande.
  • Développer l’approche réflexive autour de la mise en image et de la médiation.
  • Savoir travailler en groupe.

Exemple d’atelier programmé pour l’année 2022/2023 : Production de la carte et du guide touristique sensible de l’île de Samos (Grèce)

L’entreprise grecque ANAVASI produit des cartes et des livres touristiques et récréatifs sur les milieux insulaires et montagnards grecs. Elle possède une librairie au centre d’Athènes ainsi qu’un site web : https://anavasi.gr/index.php?route=common/home

Permettre à des étudiants de réaliser une carte topographique, touristique et patrimoniale de A à Z, ainsi que l’écriture d’un guide touristique sensible basé sur leurs perceptions environnementales. L’écriture et la réalisation d’un film scientifique sur place feront l’objet de journées de terrain supplémentaires en lien avec la présence à Samos de camps de rétention de migrants.

Concevoir son mémoire de recherche : L’objectif de cette UE est d’accompagner les étudiants dans la conduite de leur projet de mémoire de fin d’études, de les initier aux grandes étapes de la construction d’un projet de recherche (passage d’un sujet à une problématique, identification et délimitation d’un terrain, exploration des sources et état de l’art,  choix méthodologiques)  et de les préparer au grand oral de fin de M1. Le séminaire constitue un rendez-vous régulier de présentation de l’avancée de la réflexion personnelle de l’étudiant.e et de discussion collective autour de son projet personnel. Il doit conduire l’étudiant.e à présenter ce projet à l’oral en fin d’année devant un jury composé de membres de l’équipe pédagogique, qui lui donnera pistes et conseils pour sa mise en œuvre effective en M2. Capacité d’anticipation et d’organisation, proactivité et réflexivité, capacité à mobiliser les acquis des enseignements au servie de son projet personnel, capacité d’exposition orale et écrite.

Langue disciplinaire S2 et S3 : Appréhender les questions de Territoires, d’Images et d’Environnements en anglais. Comprendre l’anglais géographique à l’écrit et à l’oral, produire un exposé oral en anglais géographique, produire une note écrite et des figures mobilisant de l’anglais géographique.

Expérimentations géo-artistiques : Approche pratique des relations art-géographie. Expérimenter un raisonnement géographique à travers la réalisation d’une production artistique; Identifier et interpréter les ressorts géographiques d’une production artistique.

Le mémoire de fin d’étude du quatrième semestre peut prendre la forme d’une production vidéographique, en « volume principal » ou en « complément au volume principal ».